Rencontre avec : Ludovic Lecoq éducateur sportif et entraineur de crossfit niveau 1

Chronomètre, sueur et soulevé de terre… voilà mes premiers mots à l’idée d’écrire quelques lignes sur le crossfit…

j’ai découvert ce sport voilà un mois lors d’un séjour à Bordeaux et Ludo m’a ouvert les portes (au sens propre et au sens figuré) de sa « box ». Arrivée donc 9h30 pour une petite présentation de ce qu’est ce sport… et de comment je vais être mangé!

Bon je vous passe les détails de sueur, de magnésie et tête qui tourne mais l’accueil était au top et l’ambiance plus qu’agréable.

Ô MENU un Wod (Work of the day) en AMRAP (  As Many Round As Possible ) résultat: j’étais HS (hors service pendant un petit bout de temps…).

Je me suis dit à la sortie de cette session de 2H qu’il me fallait comprendre un peu plus ce sport… Du coup j’ai profité d’un second  séjour sur Bordeaux pour échanger avec Ludo et sa vision de sa pratique. Encore un grand merci à lui ! 

Bonne lecture / écoute !…

Peux-tu te présenter ?

Ludo coach de CrossFit niveau 1 Eysines sur bordeaux. On a ouvert la box voilà deux ans avec une quête d’évolution constante. A titre personnel, je suis également athlète avec une pratique en compétition au niveau RX (Cf. glossaire de fin de page).

Comment t’entraines-tu ?

J’ai une vision généraliste du CROSSFIT c’est-à-dire que je souhaite bien maîtriser tous les mouvements possibles avant de pouvoir m’engager sur une programmation d’athlète connus et reconnus. Mon credo reste cependant le mot FUN. Il faut que ce soit cool tout en étant dans la rigueur nécessaire pour réaliser les mouvements. Mais c’est nécessaire de s’amuser entre nous.

Parle-moi de ta box ?

Avant c’était une box de cardio-training mais qui n’était pas affiliée. Elle avait deux orientations majeures : haltéro et cardio training avec des cours en continu.

Quand j’ai repris la box voilà deux ans, je me suis affilié à la démarche Crossfit et je travaille en fonction.

Peux-tu me donner le programme d’une journée type ?

On a un planning qui sera modifié en septembre avec l’ouverture prochaine d’un second plateau de pratique qui pourra offrir la possibilité de réaliser deux cours en simultanée. Mais pour répondre à ta question, on démarre de 9H30 à 11h avec de l’open gym. A partir de 11h on a deux cours de 1h chacun. L’après-midi reprends les mêmes bases mais avec trois cours d’1h à partir de 17h00 (17h10,18h20, 19h30). A côté de ça on a des WOD fondamentaux à l’attention des débutants pour initier des personnes qui n’ont jamais fait de Crossfit. Cela permet de leur donner les bases fondamentales de cette discipline que ce soit dans le mouvement et dans la posture adoptée. Ça leur permet également de toucher du doigt l’ambiance qui règne dans la box et de se familiariser avec l’environnement.

Tu parles de discipline. Le Crossfit à des particularités et quelle est ton approche ?

Oui pour les débutants notamment. J’estime que les personnes qui débutent doivent saisir les particularités de ce qui compose ce sport particulièrement en termes de gymnastique, d’haltérophilie ou, entre autres, de force athlétique. Il y a des mouvements très technique qui demandent énormément de coordination, de souplesse et de force et en cela il y a besoin d’adaptation.

L’objectif est de prendre son temps. Un débutant au Crossfit Eysines se voit offrir la première séance et s’il est emballé par l’activité il y aura 4 autres séances pour se familiariser avec les mouvements de base. Il pourra alors intégrer les WODs programmés avec les autres adhérents.  C’est notre pédagogie.

 

C’est un sport passion ?

Je dirais même plus que ça c’est un sport addictif ! faut le gout de l’effort et être capable de se mettre dans le rouge, sortir de sa zone de confort. C’est presque plus mental que physique au final et avec la force du groupe on s’entraide pour se dépasser.

On entend souvent dire que ce sport est « violent » en termes d’effort. Quel est ton regard là-dessus ?

C’est un faux débat. C’est un sport dans lequel il faut avoir le gout de l’effort. La violence dans les efforts est liée à l’intensité que l’on souhaite y mettre. Mais si tu ne maîtrises pas les mouvements et que tu t’essayes à un WOD de pro tu peux évidement te faire mal. C’est pour cela qu’ici à Eysines on a mis en place cette politique de formation en 5 sessions pour les débutants.

Dans nos cours collectifs sur nos WOD tous les niveaux se mélangent, des débutants aux Elites. On a installé un code couleur comme les pistes de ski (vert : débutant ; Bleu scalled, rouge : RX et noir : Elite). Par exemple sur nos cours, on cale sur une heure : le warm up, le skill (ou pas) en fonction des spécificités, et bien souvent on a le metcon et des fois le finisher (en fonction de la durée du metcon).

En calant ça sur une heure on adapte les mouvements : par exemple si un adhérent ne sait pas marcher sur les mains on remplace l’exercice par un shoulder tape ou un autre exercice de déplacement.

Le code couleur défini également les charges de la partie haltérophilie.

A partir de la tout le monde se mélange. Il n’y a donc pas de cours de niveau. Ça reste un sport avec des tensions musculaires qui peuvent apparaître. Pour éviter ces « gamelles » on favorise la continuité dans les efforts sans faire brûler les étapes aux adhérents.

 

Comment se positionne les adhérents les uns par rapports aux autres ?

 

Avec cette adaptation, les athlètes ne se comparent pas ou peu. Ils se motivent les uns les autres et grâce à la personnalisation des efforts, en termes de score, un débutant peu aussi bien faire qu’un RX. Au niveau psychologique les sportifs ne se sentent donc pas écrasés par la comparaison. Ils ne sont pas largués dans le temps et au final tout le monde est heureux dans sa pratique.

 

De combien de personnes sont fait tes groupes ?

14 au maximum ici. D’une part par rapport à l’espace dispo et pour l’approche du coaching.

L’espace parce que ça peut être vite fouillis dans la box si on va au-delà et on est attachés ici au confort de pratique.

Et au niveau personnel on favorise à 14 les temps que l’on peut donner en tant que coach à chaque athlète. Tout le monde à besoin de sa petite attention pour performer. On ne privilégie personne. On doit pouvoir être derrière chaque personne pour le pousser dans l’effort.

On pense même passer les groupes à 10 dans cette démarche qualitative.

Au final c’est aussi bon pour les athlètes que pour les coachs car on doit pouvoir être aussi performant aux premières cours qu’au 3ème.

 

Comment t’évalue les performances de ton coaching ou de tes coachs ?

On est toujours dans la recherche d’amélioration entre nous et avec les athlètes. On    est à l’écoute des remarques des adhérents pour améliorer toujours les conditions d’accueil.

L’accueil et l’environnement font qu’actuellement aucun n’adhérents n’est parti pour une autre box. On a vraiment taffé pour créer un espace complètement dédié aux sportifs en considérant au même niveau le ménage des locaux, l’accueil des sportifs et notre coaching. On reste toujours en alerte sur les points qu’on peut améliorer. C’est passé entre autres par des questionnaires distribués aux adhérents.

Quelles évolutions vois-tu dans la gestion de la box ou dans ce sport ?

La donne change actuellement. Si avant on était centré sur le sport compétition, maintenant ça s’oriente plus vers e sport santé. Ça a démarré voilà un bout de temps aux Etats Unis et ça arrive en Europe.

Au niveau du Crossfit la communication s’articule vers la protection des usagers. La réalité est loin de ce qu’on peut voir à la télé dans les Crossfit Games. Amener un athlète en compétition c’est valorisant mais ce n’est qu’une petite part de notre métier.

 L’image doit évoluer vers le sportif au quotidien, vers les jeunes et les séniors en faisant passer le message que le Crossfit est fait pour tout le monde.

 

Du coup en termes de coaching ça doit évoluer aussi ?

C’est déjà le cas dans les niveaux mis en place par Crossfit monde. Les diplômes du Crossfit, de la marque Crossfit, se sont développés afin de donner une orientation possible de notre pratique en fonction d’un centre d’intérêt particulier de notre discipline telle que la gymnastique ou l’haltéro.

Il y a des niveaux qui nous donne plus de pédagogie et de compétences dans la pratique. Mais le plus important reste encore le facteur humain.

 

Au niveau du sport tu utilises quels leviers de motivation ?

Ma personnalité ! il faut que les gens s’amusent et prennent du plaisir dans la déconne. SI les gens ne s’amusent pas ça ne peut pas durer. 50 % de mon coaching est dans l’environnement que j’essaye de créer dans la salle. Ensuite il ne faut pas oublier le côté maîtrise du geste et de l’évolution.

Mon crédo est que les gens arrivent avec le sourire et reparte avec ! mais avec quelques courbatures en plus !

C’est comme ça que je veux coacher et driver ma salle.

En deux mots : sécurité et plaisir !

 

Un mot pour la fin !

 

Prends ton sac a dos, ta tenue de sport et viens tenter l’expérience Crossfit !

A Eysines ?

Bien sûr !

  

*POUR COMPRENDRE LE VOCABULAIRE:

 https://www.crossfitminimes.com/lexique/

 

 

 

Fermer le menu